Phytothérapie

Etymologie

Le mot phytothérapie vient de l’association de deux mots grecs : Phyton, qui signifie « végétal » et Therapeia, qui signifie « prendre soin de, soigner ». La phytothérapie est le soin par les plantes.

Un peu d’histoire…

Les soins par les plantes sont connus et utilisés, depuis la préhistoire. Dans l’Antiquité, de nombreux hommes de sciences et de lettres, grecs ou romains, comme Hippocrate de Cos, Aristote, Dioscoride, Pline l’Ancien ou, encore, Galien préconisaient les plantes pour guérir ou soulager de nombreux maux. À la même époque, les Chinois commençaient à rédiger leur célèbre pharmacopée. En Europe, au Moyen Âge, les plantes médicinales, cultivées dans les jardins des simples ou jardins médicinaux, étaient l’apanage des hommes d’église. Charlemagne créa le « Capitulaire de Villis », acte législatif, qui ordonnait la culture d’une centaine de végétaux dans les jardins royaux. Hildegarde de Bingen, bénédictine rhénane, marqua son époque grâce à ses écrits ; elle fut canonisée, en 2012, et accéda au statut de Docteur de l’Église. Au XIXème siècle, la révolution industrielle fut le premier pas vers la synthèse chimique au dépend du naturel. Un siècle plus tard, en 1941, le diplôme d’herboriste fut abrogé par le Maréchal Pétain afin de développer l’industrie du médicament. Toutefois, depuis une cinquantaine d’années, un regain d’intérêt pour les soins par les plantes voit le jour, en Occident.

phytothérapie, le soin par les plantes

Qu’est-ce que la phytothérapie ?

La phytothérapie se définit par l’utilisation de parties de plantes à des fins thérapeutiques. La partie utilisée (totum) qui contient les molécules chimiques actives peut être la partie aérienne, la sommité fleurie, la fleur, la feuille, le rhizome, la racine, l’écorce, le fruit ou la graine. La forme pharmaceutique préconisée peut être une infusion, une décoction, un extrait hydroalcoolique liquide ou sec et une poudre de plante mis en gélule ou comprimés. Un mélange de 3 à 9 plantes permet d’agir sur la cause d’une affection qu’elle soit due à un déséquilibre physiologique ou psychologique ainsi que sur ses symptômes. C’est dans cette approche globale, intégrative, de la maladie que la phytothérapie excelle et qu’y réside toute sa force. Les plantes rééquilibrent un « terrain », soignent des pathologies bénignes, agissent en complément d’un traitement médicamenteux lourd et soulagent de nombreux maux.

Toutefois, il est important de bien les connaître avant de les utiliser afin d’éviter certains désagréments. Par exemple, les sommités fleuris de millepertuis (Hypericum perforatum L.) indiquées dans les dépressions légères à modérées possèdent des molécules qui inhibent la recapture de la sérotonine, de la dopamine, de la noradrénaline et se fixent avec les récepteurs GABA (1-8). Toutefois, elles interagissent avec certains médicaments (9). Tandis que la racine de réglisse (Glycyrrhiza glabra L.) protège et soigne les ulcères gastriques (10), (11). Mais elle est, aussi, entre autres, antivirale (12-14) et immunostimulante (15). Avant de la conseiller, il est important de savoir qu’elle peut être hypertensive (16-18) et qu’elle sera donc contre-indiquée aux personnes souffrant d’hypertension.

La phytothérapie de nos jours

La phytothérapie est, encore aujourd’hui, la médecine la plus utilisée dans le monde. Toutefois, en Occident, vers la fin du XIXe siècle, elle connue un déclin à cause de la synthèse chimique de certains actifs tels que l’aspirine, les antibiotiques, la cortisone… Depuis les années 1970, la population se tourne à nouveau vers le naturel. Au vu de cet engouement, les pouvoirs publics se sont organisés. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Communauté européenne ont créé des organismes tels que l’EMA, la Commission E et l’ESCOP, visant à recenser les usages traditionnels des plantes, à les valider scientifiquement et à en comprendre les mécanismes d’action.

soigner pathologies phytothérapie

Texte de Pascale Gélis Imbert, Docteur en Pharmacie spécialisée en phytothérapie et en aromathérapie.

Bibliographie

Linde K, Ramirez G, Mulrow CD, Pauls A, Weidenhammer W, Melchart D (1996) An overview and meta-analysis of randomised clinical trials. – BMJ 1996 Aug 3;313(7052):253-258. PMID 8704532

Lecrubier Y, Clerc G, Didi R, Kieser M (2002) Efficacy of St. John’s Wort Extract WS 5570 in major depression: A double-blind, placebo-controlled trial. Am J Psychiatry 2002; 159:1361-1366. PMID 12153829

Knuppel L, Linde K (2004) Adverse effects of St. John’s Wort: a systematic review. J Clin Psychiatry. 2004 Nov;65(11):1470-9. PMID 15554758

Laakmann G, Schüle C, Baghai T, Kieser M (1998) St John’s wort in mild to moderate depression: the relevance of hyperforin for the clinical efficacy – Pharmacopsychiatry 1998; 31 (1): 54-59. PMID 9684948

Whiskey E, Werneke U, Taylor D (2001) A systematic review and meta-analysis of Hypericum perforatum in depression : a comprehensive clinical review – Intern Clin Psychopharmacology 2001; 16: 239-252. PMID 11552767

Linde K, Berner M, Egger M, and Mulrow C (2005) St John’s wort for depression: Meta-analysis of randomised controlled trials – Br. J. Psychiatry, February 1, 2005; 186(2): 99 – 107. PMID 15684231

Linde K (2009) St. John’s wort – an overview. Forsch Komplementmed. 2009 Jun;16(3):146-55. Epub 2009 Apr 2. PMID 19657198

Szegedi A, Kohnen R, Dienel A et Kieser M (2005) Acute treatment of moderate to severe depression with hypericum extract WS 5570 : randomised controlled double-blind non-inferiority trial versus paroxetine – BMJ 2005;330:503-506

Russo E, Scicchitano F, Whalley BJ, Mazzitello C, Ciriaco M, Esposito S, Patanè M, Upton R, Pugliese M, Chimirri S, Mammì M, Palleria C, De Sarro G (2014) Hypericum perforatum: pharmacokinetic, mechanism of action, tolerability, and clinical drug-drug interactions. Phytother Res. 2014 May;28(5):643-55. doi: 10.1002/ptr.5050. PMID 23897801

Khayyal MT, el-Ghazaly MA, Kenawy SA, Seif-el-Nasr M, Mahran LG, Kafafi YA, Okpanyi SN (2001) Antiulcerogenic effect of some gastrointestinally acting plant extracts and their combination. Arzneimittelforschung. 2001;51(7):545-53. PMID 11505785

Wittschier N, Faller G, Hensel A (2009) Aqueous extracts and polysaccharides from liquorice roots (Glycyrrhiza glabra L.) inhibit adhesion of Helicobacter pylori to human gastric mucosa. J Ethnopharmacol. 2009 Sep 7;125(2):218-23. PMID 19607905

Fiore C, Eisenhut M, Krausse R, Ragazzi E, Pellati D, Armanini D, Bielenberg J (2008) Antiviral effects of Glycyrrhiza species. Phytother Res. 2008 Feb;22(2):141-8. doi: 10.1002/ptr.2295. PMID: 17886224.

Hoever G, Baltina L, Michaelis M, Kondratenko R, Baltina L, Tolstikov GA, Doerr HW, Cinatl J Jr (2005) Antiviral activity of glycyrrhizic acid derivatives against SARS-coronavirus. J Med Chem. 2005 Feb 24;48(4):1256-9. PMID 15715493 (2005) Antiviral effects of Glycyrrhiza species. Phytother Res. 2008 Feb;22(2):141-8. doi: 10.1002/ptr.2295. PMID: 17886224.

Cinatl J, Morgenstern B, Bauer G, Chandra P, Rabenau H, Doerr HW (2003) Glycyrrhizin, an active component of liquorice roots, and replication of SARS-associated coronavirus. Lancet. 2003 Jun 14;361(9374):2045-6. doi: 10.1016/s0140-6736(03)13615-x. PMID 12814717

Yang G, Yu Y (1990) Immunopotentiating effect of traditional Chinese drugs–ginsenoside and glycyrrhiza polysaccharide. Proc Chin Acad Med Sci Peking Union Med Coll. 1990; 5(4):188-93. PMID 2293226

Kageyama Y, Suzuki H, Saruta T (1992) Glycyrrhizin induces mineralocorticoid activity through alterations in cortisol metabolism in the human kidney. J Endocrinol. 1992 Oct;135(1):147-52. PMID 1431677

Soma R, Ikeda M, Morise T, Miyamori I, Takeda R (1994) Effect of glycyrrhizin on cortisol metabolism in humans. Endocr Regul. 1994 Mar;28(1):31-4. PMID 7949011

18. Al-Qarawi AA, Abdel-Rahman HA, Ali BH, El Mougy SA (2002) Liquorice (Glycyrrhiza glabra) and the adrenal-kidney-pituitary axis in rats. Food Chem Toxicol. 2002 Oct;40(10):1525-7. PMID 12387318

En apprendre davantage sur les médecines traditionnelles