Aromathérapie

Le mot aromathérapie vient de l’association de deux mots grecs, aroma, signifiant « arôme », et therapeia, signifiant « prendre soin de, soigner ». L’aromathérapie est le soin par les essences, les huiles essentielles et les hydrolats. Certaines plantes, dites « aromatiques », synthétisent des essences contenant des composés volatils et odorants.

Un peu d’histoire…

L’utilisation des plantes aromatiques est née avec les premières civilisations. Il y a environ 40 000 ans en Australie, les aborigènes faisaient infuser des feuilles de tea tree (Melaleuca alternifolia (Maiden et Betche) Cheel) pour soulager de nombreux maux. En Asie et sur tout le pourtour du Bassin méditerranéen, les hommes s’en servaient pour agrémenter leurs plats, tout en facilitant leur digestion, mais aussi à des fins cosmétiques, médicales et religieuses. Les Égyptiens les utilisaient, entre autres, pour embaumer leurs morts. L’état de conservation des momies démontre l’importance du pouvoir antiseptique de ces végétaux. Mille ans avant notre ère, Avicenne, médecin perse, inventa l’alambic et le procédé de distillation qui permet l’obtention d’une huile essentielle. Dans son ouvrage « Le Canon de la médecine », le « prince des savants » fait référence à l’utilisation de nombreuses huiles essentielles. Hippocrate de Cos, Dioscoride et Pline l’Ancien utilisaient les plantes aromatiques sous formes d’onguents ou de bains pour traiter certaines maladies mais aussi en fumigations pour lutter contre les épidémies. Théophraste, auteur du Traité des odeurs, y décrit l’importance des parfums sur l’humeur et les organes. Les plantes aromatiques et les huiles essentielles firent longtemps partie de l’arsenal thérapeutique des médecins. Cependant, au XIXème siècle, lors de la révolution industrielle, le synthétique l’emporta sur le naturel. De nos jours, des scientifiques comme René Maurice Gattefossé, Jean Valnet, Daniel Penoël, Pierre Franchomme, Michel Faucon, Dominique Baudoux, Danièle Festy et bien d’autres… ont permis un renouveau de l’aromathérapie.

bienfaits huiles essentielles phytothérapie

De la plante aromatique à l’huile essentielle

L’extraction de l’essence contenue dans une plante aromatique se fait par expression mécanique à froid en pressant des zestes d’agrumes ou par distillation par entraînement à la vapeur d’eau grâce à un alambic dont le vase de décantation contiendra une grande quantité d’eau riche en une multitude de molécules végétales hydrosolubles, c’est l’hydrolat ou eau florale, ainsi que l’huile essentielle présente à sa surface.

Les essences et les huiles essentielles ont des propriétés thérapeutiques que l’on utilise en aromathérapie. Elles sont odorantes, volatiles et lipophiles ce qui signifie qu’elles ne sont solubles que dans des corps gras. Elles peuvent être administrées par inhalation, par voie locale ou par voie orale.

Leurs champs d’action

Elles présentent différentes activités, physiologiques et psycho-émotionnelles, en lien direct avec leur composition chimique. Par exemple, l’huile essentielle de lavande officinale (Lavandula angustifolia Mill.) est antiseptique (1-5) et anxiolytique (6-14). Une synergie de deux à cinq essences ou huiles essentielles agit sur de nombreux paramètres et symptômes. Car les essences et les huiles essentielles sont actives sur les systèmes organiques et dans différents domaines thérapeutiques. Elles sont utilisées en pneumologie, gastro-entérologie, urologie, rhumatologie, dermatologie… car elles sont antibactériennes, antivirales, antifongiques, immunostimulantes, expectorantes, hypotensives, digestives, anti-inflammatoires, antalgiques, sédatives, toniques, cicatrisantes… Elles sont des concentrés naturels d’activités extrêmement efficaces. Cependant, certaines présentent des effets indésirables qu’il est important de connaitre comme :

Un effet caustique et irritant pour la peau et les muqueuses,

Un effet allergisant (hypersensibilisant),

Un effet photosensibilisant (augmente la sensibilité de la peau au soleil),

Un effet nocif pour le système nerveux (neurotoxique),

Un effet nocif pour les reins (néphrotoxique),

Un effet nocif pour le foie (hépatotoxique)

Un effet abortif (car il génère des contractions chez la femme enceinte).

phytothérapie et le pouvoir des huilles essentielles

Ces extraits végétaux sont, à la fois, connus et méconnus du grand public et du personnel médical. Elles sont parfois réduites à une simple substance désodorisante ou sont considérées comme toxiques ; c’est là toute l’ambiguïté qui les caractérise. Leurs propriétés thérapeutiques, de plus en plus prouvées cliniquement, et leurs fragrances en font des produits de soin efficaces et agréables.

Texte de Pascale Gélis Imbert, Docteur en Pharmacie spécialisée en phytothérapie et en aromathérapie.

Bibliographie

Roller S, Ernest N, Buckle J (2009) The antimicrobial activity of high-necrodane and other lavender oils on methicillin-sensitive and -resistant Staphylococcus aureus (MSSA and MRSA). J Altern Complement Med.M ar;15(3):275-9. PMID 19249919

Sonboli A, Babakhani B, Mehrabian AR (2006) Antimicrobial activity of six constituents of essential oil from Salvia. Z Naturforsch C.  61(3-4):160-4. PMID 16729570

Huang MY, Liao MH, Wang YK, Huang YS, Wen HC (2009) Effect of lavender essential oil on LPS-stimulated inflammation. Am J Chin Med. 2012;40(4):845-59. doi: 10.1142/S0192415X12500632. PMID 22809036

Hawrelak JA, Cattley T, Myers SP (2009) Essential oils in the treatment of intestinal dysbiosis: A preliminary in vitro study. Altern Med Rev. 2009 Dec;14 (4):380-4. PMID 20030464 

Cassella S, Cassella JP, Smith I (2002) Synergistic antifungal activity of tea tree (Melaleuca alternifolia) and lavender (Lavandula angustifolia) essential oils against dermatophyte infection. International Journal of Aromatherapy, Volume 12, Issue 1, March 2002, Pages 2-15

Bradley BF, Brown SL, Chu S, Lea RW (2009) Effects of orally administered lavender essential oil on responses to anxiety-provoking film clips. Hum Psychopharmacol. 2009 Jun;24(4):319-30. doi: 10.1002/hup.1016. PMID 19382124

Kasper S, Gastpar M, Müller WE, Volz HP, Möller HJ, Dienel A, Schläfke S (2010) Silexan, an orally administered Lavandula oil preparation, is effective in the treatment of ‘subsyndromal’ anxiety disorder: a randomized, double-blind, placebo controlled trial. Int Clin Psychopharmacol. doi: 10.1097/YIC.0b013e32833b3242. PMID 20512042

Woelk H, Schläfke S (2010) A multi-center, double-blind, randomised study of the Lavender oil preparation Silexan in comparison to Lorazepam for generalized anxiety disorder. Phytomedicine. doi: 10.1016/j.phymed.2009.10.006. PMID 19962288

Kasper S, Gastpar M, Müller WE, Volz HP, Möller HJ, Dienel A, Schläfke S (2010) Efficacy and safety of silexan, a new, orally administered lavender oil preparation, in subthreshold anxiety disorder – evidence from clinical trials. Wien Med Wochenschr. doi: 10.1007/s10354-010-0845-7. PMID 21170695

Huang L, Abuhamdah S, Howes MJ, Dixon CL, Elliot MS, Ballard C, Holmes C, Burns A, Perry EK, Francis PT, Lees G, Chazot PL (2008) Pharmacological profile of essential oils derived from Lavandula angustifolia and Melissa officinalis with anti-agitation properties: focus on ligand-gated channels. J Pharm Pharmacol. PMID 18957173

Kritsidima M, Newton T, Asimakopoulou K (2010) The effects of lavender scent on dental patient anxiety levels: a cluster randomised-controlled trial. Community Dent Oral Epidemiol. doi: 10.1111/j.1600-0528.2009.00511.x. PMID 19968674

Buchbauer G, Jirovetz L, Jager W, Dietrich H, Plank C (1991) Aromatherapy: evidence for sedative effects of the essential oil of lavender after inhalation. Z Naturforsch [C]. PMID 1817516

Sayorwan W, Siripornpanich V, Piriyapunyaporn T, Hongratanaworakit T, Kotchabhakdi N, Ruangrungsi N (2012) The effects of lavender oil inhalation on emotional states, autonomic nervous system, and brain electrical activity. J Med Assoc Thai. PMID 22612017

Sakamoto Y, Ebihara S, Ebihara T, Tomita N, Toba K, Freeman S, Arai H, Kohzuki M (2012) Fall prevention using olfactory stimulation with lavender odor in elderly nursing home residents: a randomized controlled trial. doi: 10.1111/j.1532-5415.2012.03977.x. PMID 22646853

En apprendre davantage sur les médecines traditionnelles